ET SI ON DÉCONFINAIT LA PENSÉE ?

ET SI ON DÉCONFINAIT LA PENSÉE ?

Cycle d’interviews en 4 étapes [1/4 ]

L’impact des mesures prises par le gouvernement dans la gestion de la pandémie de la Covid 19 a été un véritable accélérateur révélateur des réelles priorités politiques, économiques et sociales de nos sociétés et de notre mode de développement. En effet, de choix purement conjoncturels, nous pourrions très rapidement assister, sans autre forme de procès, à leur transformation en choix tout à fait structurels.

Grappe en collaboration avec le périodique Kairos présentera en quatre étapes une dizaine de capsules vidéo donnant la parole aux acteurs de terrain – avocat, médecin, jeunes, professeur, philosophe et artiste – afin qu’ils nous confient leurs réflexions sur leurs vécus au quotidien et les dangers potentiels des mesures liberticides et autoritaires prises par notre gouvernement depuis plus d’un an déjà.

Nous vous souhaitons une écoute féconde susceptible d’éclairer votre réflexion personnelle sur les multiples enjeux et menaces pour l’exercice même de la démocratie.

Présentation par Paul Lannoye du projet « Et si on déconfinait la pensée ? ». Ce projet né au mois d’octobre 2020 se voulait d’abord une réflexion globale sur la pandémie proprement dite, ses causes et ses conséquences.

https://youtu.be/fEAFkdCMbLo


Partant d’une communication conjointe de la Commission européenne et du Haut Représentant proposant un texte sur le thème de « Lutter contre la désinformation en matière de covid : démêler le vrai du faux », la philosophe Valérie Tilman nous invite à une réflexion sur la notion du « droit à la liberté d’expression », droit fondamental dans le fonctionnement d’une démocratie. Censure, menace, menace hybride, droit légitime ou illégitime, désinformation ou mésinformation, … autant de notions dont la définition est loin d’être évidente

https://www.youtube.com/watch?v=aobfPQExBFQ&t=327s


Délégué général aux droits des enfants, Bernard De Vos a toujours été un acteur de terrain engagé. Réalisant un constat sans concession sur le rôle et la parole donnée aux enfants et aux jeunes durant cette pandémie, il dénonce le non-respect de deux droits essentiels affirmés dans la Convention relative aux Droits de l’Enfant, à savoir le droit à l’expression et à la participation.
Les enfants et les jeunes ont été complètement oubliés dans la gestion de cette pandémie.


https://youtu.be/uU0rafTM-2w